200'000 signatures déposées à Berne

200'000 signatures déposées à Berne

Parmi ces 200'000 signatures, 9'000 proviennent directement des milieux évangéliques. Elles ont été rassemblées dans le cadre de la campagne « StopPauvreté.2015 ». C’est au son des tambours et des trompettes que les 201'679 signatures demandant l’augmentation de l’aide publique au développement à 0,7 pour-cent du PNB sont arrivées sur la Place fédérale à Berne le 26 mai.

Des étendards arborant le slogan « 0,7% ensemble contre la pauvreté » paradaient à l’avant du cortège. Venait ensuite une petite fanfare avec des musiciens en uniformes rouges qui marquaient le train depuis le milieu de la vieille ville de Berne. Une centaine de personnes arborant le T-shirt de la campagne et quelques-uns celui de « Stop pauvreté 2015 » suivaient en cortège. Plusieurs brandissaient des sortes de maracas qui distillaient dans la foule une ambiance du Sud sur un fond sonore de fanfare bien helvétique.

Arrivés sur la Place fédérale, les participants au cortège ont construit un mur avec les différents cartons en forme de briques qui contenaient les 200’000 signatures. « Le signe d’un attachement à une Suisse ouverte, généreuse et solidaire » Pepo Hofstetter d’Alliance Sud a alors rappelé que, sur cette même place le 7.07.07 lors d’une fête de solidarité avec les habitants les plus pauvres de la planète, l’ancien Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, Mary Robinson, avait adressé aux Suisses, un vigoureux : « Wake up ! »... « Réveillez-vous ! ».

Cet appel débouchait aujourd’hui sur le dépôt de plus de 200'000 signatures. « Un nombre qui nous a surpris, a expliqué Bastienne Joerchel, la coordinatrice de politique de développement à Alliance Sud, et qui témoigne de l’attachement des habitants de ce pays à une Suisse ouverte sur le monde, généreuse et solidaire. » « 0,7% ensemble contre la pauvreté » était soutenue par une septantaine d’ONG : les organisations de développement, les Eglises, les associations de jeunes, de femmes, de protection de l’environnement, de défense des droits de l’homme et les deux unions syndicales.

L’objectif commun était de sensibiliser la population aux Objectifs du Millénaire pour le développement lancé par l’ONU en l’an 2000 et aux obligations de la Suisse dans ce domaine. « 9'000 signatures via « StopPauvreté.2015 »

La pétition connaissait deux versions. La principale circulait au travers des grandes oeuvres d’entraide. Une autre arborait les couleurs de « Stop Pauvreté 2015 », la campagne contre la pauvreté lancée en 2004 par les milieux évangéliques. Cette dernière version proposait un « plus », soit la possibilité pour les signataires de s’engager à verser 0,7% de leurs revenus dans des projets de lutte contre la pauvreté. « Parmi ces 200'000 signatures, nous en avons récolté 9'000 via la pétition aux couleurs de « Stop pauvreté 2015 », explique Hansjörg Leutwyler, le secrétaire général de l’Alliance évangélique suisse allemande. Ce résultat constitue une déception au vu des 40'000 signatures que nous avions récoltées pour une pétition en faveur de la liberté religieuse en 2002 ou des 50'000 récoltées pour protester contre le contenu de la chanson de DJ Bobo à l’Eurovision 2007. » L’Argovien tempère cette déception en relevant que nombre d’évangéliques ont signé directement la pétition des grandes oeuvres d’entraide. Il ajoute que, dans les milieux évangéliques, le thème de la lutte contre la pauvreté a été longtemps perçu comme typique d’une politique de gauche et particulièrement couru par les Eglises réformées et catholiques. « Une prochaine fois, lance-t-il, nous pourrons reprendre telle quelle une pétition des grandes oeuvres d’entraide et elle sera soutenue autant que si elle émanait des milieux évangéliques ! »

« Il faut continuer à parler de l’importance de la solidarité avec le Sud » Pour Norbert Valley, le président du Réseau évangélique, « il faut continuer à parler de l’importance de la solidarité avec le Sud dans les Eglises évangéliques, parce que la prise de conscience n’est pas suffisante ». Le pasteur de l’Eglise Arc-en-Ciel à Gland se réjouit de la création le 6 juin prochain d’Interaction. Cette plate-forme proche de l’Alliance évangélique rassemblera au plan suisse les ONG de sensibilité évangélique impliquées dans l’aide au développement. Elle devrait donner davantage de visibilité en interne et en externe à ce que font les évangéliques dans le domaine du développement. « Un tel rassemblement devrait aussi permettre de représenter valablement les évangéliques auprès de la Direction du développement et de la coopération (la DDC). Et, peut-être, de bénéficier d’ici quelques années de l’augmentation de l’aide publique de la Confédération à 0,7 pour-cent du produit national brut ! »

Serge Carrel