5 parlementaires chrétiens romands répondent à nos questions : Jacques-André Maire

5 parlementaires chrétiens romands répondent à nos questions : Jacques-André Maire

La contribution de la confédération pour la coopération et le développement devrait-elle augmenter ces 4 prochaines années ?

  • Oui, personnellement je continue à militer pour que nous atteignions l’objectif de réduction de moitié de la pauvreté globale dans le monde d’ici 2015 demandé par la pétition (Appel Michée). L’augmentation de la contribution de la Confédération peut y contribuer de manière importante.

Quelles mesures pourriez-vous prendre en Suisse pour réduire l’extrême pauvreté dans le monde et promouvoir une plus grande équité ?

  • La politique actuelle de la Suisse vise à soutenir de manière ciblée des projets dans certains pays, jugés prioritaires. Dans le cadre de ces projets, on s’assure que des relais efficaces et durables soient assurés sur place afin de garantir la pérennité des projets. C’est une voie tout à fait pertinente dans laquelle on doit toutefois s’engager de façon plus importante. Parallèlement, nous devons lutter pour que le commerce équitable avec les pays en développement se développe et se généralise. Un immense travail dans ce sens reste à faire en particulier auprès des grands importateurs dont on devrait mieux contrôler les activités afin qu’ils respectent les règles (environnementales et sociales) permettant d’assurer un développement équitable et durable. On devrait interdire les importations de produits ne respectant pas ces règles.

Quelle est votre contribution personnelle à la lutte contre la pauvreté dans le monde ?

  • Outre mon engagement politique qui vise à soutenir et développer l’augmentation des contributions de la Suisse à la coopération, je soutiens financièrement les ONG actives dans les projets de développement (par des dons et des parrainages) et je participe activement aux actions collectives de soutien à ces œuvres organisées notamment dans le cadre de ma paroisse (dont je suis membre du Conseil). De plus, mon épouse et moi, veillons à privilégier l’achat de produits issus du commerce équitable.

Pensez-vous que la Suisse devrait augmenter son aide financière aux ONG ? Aujourd’hui cette aide s’élève à moins de 5% .

  • Oui, l’objectif de 7% demandé par les milieux concernés reste, d’après moi, une perspective à atteindre !

 Pensez-vous que les organisations chrétiennes devraient recevoir le même soutien que les autres ONG ?

  • Oui, pour leurs projets qui visent explicitement le développement. Grâce à leur bonne implantation dans bien des pays et au réseau de relations dont elles disposent, les œuvres chrétiennes sont très bien placées pour bénéficier de la confiance de la population et de relais efficaces et durables pour conduire et suivre des projets. Afin que le soutien par l’argent public soit bien attribué exclusivement aux projets de développement, je suis d’avis que ceux-ci doivent être clairement identifiés et séparés de ceux qui visent à créer ou à développer des églises dans les pays concernés. Ces projets à connotation spirituelle doivent être soutenus eux par l’aide directe des chrétiens et des églises de notre pays et non par les collectivités publiques.

L'article en PDF