Objectif 16

Travailler à un monde en paix, à réduire la violence, l’exploitation, la torture, le trafic d’armes illégales. Promouvoir le respect de la loi, la paix, la réconciliation et la justice.

Informations et suggestions

Réflexion théologique

Etendre la souveraineté, donner une paix sans fin au trône de David et à son royaume, l'affermir et le soutenir par le droit et par la justice, dès maintenant et pour toujours : voilà ce que fera le zèle de l'Eternel, le maître de l’univers. Ésaïe 9.6

Peu de choses mettent autant en péril l’atteinte de ces Objectifs que la guerre et la violence. Des pays et régions instables, à cause de conflits, n’expérimentent pas seulement les conséquences directes de ces troubles mais également indirectes, à savoir la difficulté, voire l’impossibilité de se développer. De telles circonstances rendent ces régions impuissantes, car les organismes de soutien sont incapables d’apporter l’aide espérée. Le rétablissement de la paix est donc une priorité absolue et indispensable au développement.

De la même manière, la justice est primordiale. Sans structures prêtes à défendre et maintenir, avec intégrité, le cadre de base d’une société juste pour tous ses citoyens, le développement est sévèrement entravé. La corruption peut se révéler très présente, et les meilleures intentions d’un grand nombre peuvent s’écrouler à cause de la criminalité de quelques-uns.

En cela, l’Objectif 16 est la clé, non seulement pour la promotion de la paix, de la réconciliation, et de l’aide à la création de systèmes de justice durables, mais également pour aller à l’encontre d’autres violences telles que l’abus domestique, la violence basée sur le genre et le trafic d’êtres humains.

Si la justice et la paix sont des enjeux centraux de développement, il est à peine besoin de rappeler qu’elles sont toutes deux également fondamentales dans la foi chrétienne. Le célèbre verset cité d’Ésaïe, qui anticipe la venue du Messie, les lie explicitement, et elles sont également des thèmes majeurs à travers toute la Bible. La justice et la droiture font entièrement partie de la personnalité de Dieu. Pour ceux qui souhaitent l’honorer, ces qualités de justice, d’honnêteté et d’intégrité sont indispensables. Au niveau de la société, cela signifie la mise en place d’un système judiciaire au bénéfice de tous de façon égalitaire, afin que ces valeurs puissent toujours être invoquées dans les relations publiques et privées. Régulièrement dans la Bible, les patriarches, les juges ou les apôtres, les personnages avec des responsabilités, sont appelés à être emplis de sagesse, de justice et de compréhension. En un mot, à être justes.

La paix de Dieu, y compris le titre de Prince de Paix accordé à Jésus, n’a jamais eu l’intention de ne concerner que la « paix intérieure ». Au contraire, c’est également une offre universelle face à un monde de conflits. L’appel chrétien à être des faiseurs de paix a résonné à travers les âges et est certainement requis aujourd’hui plus que jamais. Pour les chrétiens, s’engager consciemment et en pratique dans cet Objectif devrait être un désir instinctif.

Discussion de groupe

  • Quels sont les principaux facteurs de nos sociétés amenant des situations de conflits ? Les causes profondes ne sont parfois pas évidentes et peuvent passer inaperçues.
  • Plusieurs estiment que la religion est une source majeure de conflits. Qu’en pensez-vous ?
  • Nous trouvons de nombreuses références à la paix dans la Bible. Lesquelles sont selon vous pertinentes aujourd’hui ?
  • Comment les valeurs chrétiennes de paix et de réconciliation peuvent-elles aider dans des zones ou des situations de conflit ?

Que puis-je faire ?

Personnel – Priez pour la paix et pratiquez-la au quotidien dans vos relations.

Local – Organisez un événement de promotion de la paix au sein de votre église.

National – Devenez membre du Réseau évangélique suisse, représentant helvétique de l’Alliance évangélique mondiale.

Objectif 16 en action

L’Alliance évangélique mondiale (AEM) est constituée des églises membres d’alliances évangéliques nationales de 129 pays. Son rôle est d’être un porte-parole pour les Évangéliques à travers le monde, notamment en bénéficiant d’une voix à l’Organisation des Nations Unies, dont le Conseil des Droits de l’Homme.

Le bureau de l’AEM à Genève agit afin de transmettre les problématiques ayant trait aux Droits de l’Homme, notamment à la liberté de religion, auprès des instances internationales. Vivre la paix et construire des sociétés inclusives nécessitent que l’État respecte les droits des minorités. Les alliances évangéliques nationales ont conscience des défis, et que les solutions sont ancrées dans les Droits de l’Homme, puisque les êtres humains sont créés à l’image de Dieu et tous égaux. De par le monde, les évangéliques défendent de manière globale la liberté de religion pour toutes les minorités victimes d’injustice et l’AEM le relaie aux plus hautes sphères. www.worldea.org

EN 2015, PLUS DE 65 MILLIONS DE PERSONNES ONT ÉTÉ DÉPLACÉES DE FORCE DE LEUR DOMICILE.

Le pasteur Nourredine Benzine est secrétaire général de l’Eglise évangélique d’Algérie, membre de l’AEM. « L’AEM nous a soutenus depuis le début spirituellement, juridiquement, et grâce à des formations », explique-t-il. « Elle nous apporte de l’aide dans les écrits que nous envoyons à notre gouvernement pour leur exiger le respect des libertés religieuses en Algérie. » Bien que l’Algérie ait signé le pacte international relatif aux droits civils et politiques, les autorités algériennes ont injustement scellé plus d’une douzaine d'églises depuis 2018. « Nos autorités ne veulent pas de nous en tant que chrétiens d’arrière-plan musulman. L’AEM est pour nous un avocat important. »