Objectif 8

Combattre l’injustice et le travail forcé, ainsi que les droits des travailleurs pauvres, et plaider pour la création d’emplois bien payés et pour des opportunités égales pour les plus pauvres de ce monde.

Informations et suggestions

Réflexion théologique

Nous n'avons mangé gratuitement le pain de personne ; au contraire, nuit et jour, dans la fatigue et dans la peine, nous avons travaillé pour n'être à la charge d'aucun de vous. 9 Non que nous n'en ayons pas le droit, mais nous avons voulu vous donner en nous-mêmes un modèle à imiter. . 2 Thessaloniciens 3.8-9

Le salaire des ouvriers qui ont moissonné vos champs et dont vous les avez frustrés crie, et les cris des moissonneurs sont parvenus jusqu’aux oreilles du Seigneur de l’univers. Jacques 5.4

Il est largement accepté que la pauvreté est davantage combattue et éradiquée, non exclusivement par les œuvres d’aide et de charité, mais également par le développement de régions et pays auparavant pauvres, afin qu’ils aient la capacité d’assurer des vies décentes à leurs citoyens. Cependant, les chrétiens, et d’autres, ont souvent exprimé quelques craintes face à cette approche qui exige une croissance économique toujours plus grande. Dans un monde où les ressources sont inévitablement limitées, est-ce faisable ou même possible de promouvoir une telle course à l’action ? Cela ne revient-il pas à faire l’apologie des instincts humains de consommation égoïste et cupide, menant à la pression sur les plus vulnérables ?

À nouveau, les thèmes clés de la Bible que sont la création, la justice et la responsabilité humaine envers la planète, nous enjoignent à penser aux conséquences pour l’économie. Les versets ci-dessus illustrent que les gens, en tant que travailleurs, devraient occuper une place centrale dans une économie juste. De plus, des principes bibliques, tels que le sabbat et le jubilé, semblent mettre l’accent sur un soin continuel pour la terre et les ressources de production, sur une prévention structurelle afin d’éviter les écarts durables des niveaux de revenus, sur une potentielle restriction de l’utilisation illimitée du capital, sur des salaires justes, du travail valorisé, etc.

L’Objectif 8, en permettant la croissance économique, inclut délibérément des sujets concernant l’emploi et un travail décent. La croissance économique ne peut pas devenir un dieu, une fin en soi à atteindre sans considérer les conséquences. Cependant, quand on observe la situation des pays les moins développés, la croissance du PIB pourrait atteindre 7 %. Aidée par la technologie et l’innovation, soutenue par les larges perspectives de tous ces Objectifs, considérant l’environnement et la justice sociale, la croissance peut être une base pour un emploi durable, en éliminant le fléau du chômage et du travail déshumanisant et forcé, voire de l’esclavage. Une économie et un marché du travail efficaces peuvent aussi défier la corruption et le trafic humain. N’est-ce pas là un résultat cohérent avec une perspective chrétienne de l’économie ?

Discussion de groupe

  • Pensez-vous que la foi chrétienne a quelque chose de distinctif à dire sur notre économie ? Dans la réflexion proposée à la page précédente, qu’est-ce qui vous a marqué ? Êtes-vous d’accord ou non ?
  • Selon vous, quelles sont les problématiques touchant au domaine du travail dans notre monde actuel ?
  • Comment considérez-vous vos décisions économiques ? Est-ce que ce que vous dépensez, donnez, utilisez et consommez reflète vos valeurs ?
  • Comment pourriez-vous prier et agir de façon plus « biblique » dans ce domaine ?

Que puis-je faire ?

Personnel – Achetez davantage de produits issus d’industries et d’entreprises dont les bonnes conditions de travail des employés sont assurées.

Local – En tant que chef(fe) d’entreprise, donnez leur chance à des jeunes défavorisés.

International – Seriez-vous prêt à partir dans l’un des pays d’intervention du SME afin d’y apporter votre expertise professionnelle ? (Exemples : médecine ou formation à différents corps de métier.)

Objectif 8 en action

Avoir un emploi permet d'augmenter ses revenus, de fonder une famille et de s'impliquer pour le bien de sa communauté. C’est pourquoi le Service de Mission et d’Entraide (SME) s’investit dans la formation professionnelle.

Les domaines d’engagement du SME sont divers : au Népal par exemple, il a soutenu une école de laborantins, comprenant un laboratoire permettant d’effectuer de la formation pratique. En effet, les résultats d’analyses se révélaient souvent mauvais en raison du manque de formation des laborantins. Le SME soutient également des centres de formation permettant aux jeunes en fin de scolarité d’apprendre un métier. Il travaille également énormément au développement des compétences du personnel médical dans les hôpitaux. Une bonne formation et un bon emploi, permettant par ailleurs d’améliorer le service à la population, ont un impact positif sur la croissance économique d’un pays. www.sme-suisse.org

2,2 MILLIARDS DE PERSONNES VIVENT EN DESSOUS DU SEUIL DE PAUVRETÉ DE 2 DOLLARS AMÉRICAINS PAR JOUR. METTRE FIN À LA PAUVRETÉ EST POSSIBLE GRÂCE À DES EMPLOIS STABLES ET BIEN PAYÉS.

À Beyrouth, au Liban, le SME soutient l’association locale Tahaddi, qui mène une action globale contre la pauvreté au travers d’un programme éducatif et de formation professionnelle. À l’adolescence, Diana s’est formée en coiffure. Le métier ne lui plaisait pas, mais travailler était son seul moyen d’échapper au mariage forcé. L’association décide de la prendre à l’essai en tant qu’assistante de classe maternelle. Elle se révèle très douée. « Au début j’avais peur, témoigne-t-elle, mais j’ai vite réalisé que j’adore ce travail ! » Diana aide sa famille financièrement et a gagné le respect de ses parents, qui acceptent désormais ses propres choix de vie.